Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 janvier 2012 2 03 /01 /janvier /2012 17:34

affiche a bout de course2Le film A bout de couse décrit une famille américaine atypique qui est le témoignage vivant au début des années 1980 de la contestation politique, sociale et culturelle des années 1960 aux Etats-Unis. En 1971, Arthur et Annie Pope, pour protester contre la guerre au Vietnam, ont perpétré un attentat dans un laboratoire de napalm. Un gardien qui n’était pas supposé se trouver sur les lieux ce jour-là a été aveuglé et paralysé. Accompagnés de leurs deux fils, les Pope sont en fuite depuis quinze ans, changeant régulièrement de nom et de ville.

 

Weather Underground

The Weatherman, plus souvent appelés Weathermen, et devenu après leur passage à la clandestinité The Weather Underground puis The Weather Underground Organisation, était un collectif américain de la gauche radicale, se présentant comme anti-impérialiste et anti-raciste, fondée en 1969 à Chicago à partir des décombres du Students for a Democratic Society (SDS) qui avait lancé la campagne contre la guerre du Viêt Nam. Ses membres étaient sur des positions tiers-mondistes qui refusaient tout autant l’alignement sur le bloc de l’Est que l’anti-communisme traditionnel de la gauche libérale américaine.

Voir une video sur la contestaion de la guerre au Vietnam.

Classé par le Federal Bureau of Investigation comme une « organisation terroriste », le Weather Underground pratiquait essentiellement la « propagande par le fait ». En effet, elle fut responsable d'une vingtaine d’attentats à la bombe, qui n’ont cependant fait aucune victime: les Weathermen visaient exclusivement des bâtiments officiels, plus ou moins liés à la guerre du Vietnam, s’assurant que les locaux étaient vides. Leur but, selon les témoignages de leurs membres, n’était pas de prendre le pouvoir, objectif qu’ils considéraient irréalisables, mais de susciter une « culture de la résistance » et de montrer par l’action directe la solidarité des Américains blancs avec les luttes des mouvements de libération nationale à l’extérieur et avec les luttes du mouvement des droits civiques et du Black Power à l’intérieur.

Leur nom provient des paroles de la chanson Subterranean Homesick Blues de Bob Dylan: « You don’t need a weatherman to know which way the wind blows » (« Pas besoin d’un présentateur météo pour savoir dans quelle direction le vent souffle »), ce qui signifiait pour eux « tout le monde voit que la révolution est imminente.

Au total, une trentaine de personnes seraient entrés en clandestinité fin 1969-début 1970, s’appuyant sur un réseau de plusieurs centaines, voire de milliers, de sympathisants, lequel fut structuré entre 1974 et 1975 dans le Prairie Fire Organizing Committee, organisation de masse légale et autonome à l’égard du Weather Underground.

 

 

 

 

Document 1 : MANIFESTE DES WEATHERMEN

 

On n’a pas besoin d’un météorologue pour savoir d’où souffle le vent.

Bob DYLAN

 

I. ― Révolution internationale

"La contradiction entre les Peuples révolutionnaires d’Asie, d’Afrique et d’Amérique latine et les impérialistes dirigés par les États-Unis est la contradiction principale du monde contemporain. Le développement de cette contradiction favorise la lutte des Peuples du monde entier contre l’impérialisme américain et ses laquais."

Lin Piao

Vive la victoire de la guerre du peuple !

On nous demande : quelle est la nature de cette révolution dont vous parlez ? Par qui et pour qui sera-t-elle faite ? Quels sont ses buts et sa stratégie ?

La constatation décisive qu’il faut faire pour répondre à cette question est la suivante : la lutte principale qui se déroule dans le monde contemporain oppose l’impérialisme américain et les luttes de libération nationale qui sont menées contre lui. Là est l’essentiel des problèmes politiques du monde entier : parce que l’impérialisme américain est de loin le plus puissant, tout autre empire, tout petit dictateur dépend, à long terme, de lui, qui a unifié toutes les forces réactionnaires du monde, s’est allié avec elles et les protège. Aussi, lorsque nous examinons toutes les autres forces et tous les autres phénomènes, de l’impérialisme soviétique ou de l’impérialisme israélien jusqu’aux "luttes ouvrières" de France ou de Tchécoslovaquie, nous déterminons qui sont nos amis et qui nos ennemis selon qu’ils aident l’impérialisme américain ou combattent pour sa défaite.

La tâche primordiale de la lutte révolutionnaire est de résoudre la contradiction principale en faveur des peuples du monde. Ce sont les peuples opprimés du monde qui ont créé la richesse de cet empire ; c’est à eux qu’elle appartient. Le but de la lutte révolutionnaire doit être de contrôler et d’utiliser cette richesse dans l’intérêt des peuples opprimés du monde...

...L’abondance relative qui existe aux États-Unis dépend directement du travail et des richesses naturelles des Vietnamiens, des Angolais, des Boliviens et des autres peuples du tiers monde. Les United Airlines Astrojets tout entiers, les Holiday Inns tout entières, les automobiles Hertz tout entières, votre appareil de télévision, votre voiture et votre garde-robe appartiennent déjà, dans une large mesure, aux peuples du reste du monde.

Par conséquent, toute conception de la « révolution socialiste » qui se limite aux perspectives du peuple travailleur des États-Unis et qui refuse de prendre en considération la totalité des intérêts des peuples les plus opprimés du monde, se réduit à un combat pour l’intérêt particulier de privilégiés ; elle représente une idéologie très dangereuse...

Notre but est la destruction de l’impérialisme américain et la réalisation d’une société sans classes : le communisme mondial. La conquête du pouvoir d’État aux États-Unis sera le résultat de l’hyperextension des interventions américaines dans le monde entier et de leurs défaites secteur par secteur ; la lutte à l’intérieur des États-Unis sera un moment décisif de ce processus, mais lorsqu’elle triomphera aux États-Unis, la révolution aura été l’œuvre des peuples du monde entier. Définir le "socialisme" en termes purement nationaux dans un pays dont le rôle oppressif est si extrême et, historiquement, si décisif relève, de la part du "mouvement", d’un pur et simple chauvinisme impérialiste.

 

DOCUMENT 2 : Couverture du premier numéro d’Osawatomie, journal clandestin publié par le Weather Underground à partir de mars 1975.

DOCUMENT 3 : Avis de recherche du FBI

 Couverture-du-numero-1-d-Osawatomie--le-journal-publie-cl.jpg

 1968-3.jpg

 

 

Document 4: Communiqué 1 de The Weatherman Underground, publié dans le Berkeley Tribe le 31 juillet 1970.

 

 

Hello. Je suis Bernardine Dohrn.

 

Je vais lire une DECLARATION DE GUERRE

 

Ceci est le premier communiqué du Weatherman underground.

 

A travers le monde, des peuples en lutte contre l'impérialisme american attendent de la jeunesse de l'AmèriKe qu'elle utilise sa position stratégique  derrière les lignes ennemies pour rejoindre les forces pour la destruction de l'empire.

 

Le peuple noir a lutté pratiquement seul depuis des années. Nous savions que notre boulot était d'amener les jeunes blancs à la révolution armée.

Nous n'avons jamais eu l'intention de passer les prochaines cinq ou vingt cinq années de nos vies en prison. Depuis le jour où le SDS est devenu  révolutionnaire, nous avons essayé de montrer comment il est possible de surpasser la frustration et le sentiment d'impuissance qui naissent des  tentatives pour réformer ce système. Les jeunes savent qu'une fois définies les lignes de partage, la révolution bouleverse tous les aspects de notre

vie. Des dizaines de milliers d'entre eux ont appris que les marches et les manifestations ne servent à rien. La violence révolutionnaire est la seule  solution.

 

Nous adaptons à l'heure actuelle la stratégie classique de guérilla du Viet Cong et la stratégie de guérilla urbaine des Tupamaros à notre propre situation ici, dans le pays technologiquement le plus avancé du monde.

 

Le Che nous a appris que "les révolutionnaires se déplacent comme des poissons dans l'eau" L'aliénation et le dégoût que ressentent les jeunes pour ce pays ont créé l'océan pour cette révolution.

 

Les centaines et les milliers de jeunes gens qui ont manifesté pendant les années soixante contre la guerre et pour les droits civiques sont devenu  des centaines de milliers durant les dernières semaines pour combattre activement l'invasion du Cambodge par Nixon et les tentatives de génocide  du peuple noir. La folie de la "justice" américaine a ajouté à sa liste d'atrocités six noirs tués à Augusta, deux à Jackson et quatre étudiants blancs

à Kent State, fabriquant quelques milliers de révolutionnaires de plus.

 

Les parents des jeunes "privilégiés" ont dit depuis des années que la révolution était un jeu pour nous. Mais la guerre et le racisme de cette  société montrent qu'elle est trop moche. Nous ne pourrons jamais vivre en paix à l'intérieure de ce système

 

C'était parfaitement vrai pour ceux qui sont morts dans l'explosion de la maison à New York (1). la troisième personne qui a été tuée est Terry Robbins, qui a conduit la première rébellion à Kent State il y a moins de deux ans

 

Les douze Weathermen qui ont été inculpés pour avoir conduit les émeutes de Chicago en octobre dernier (2) n'ont jamais quitté le pays.

Terry est mort, Linda a été capturé par un indic des porcs(3), mais les autres nous déplaçons librement dans chaque ville et dans chaque endroit  du pays où se retrouve la jeunesse. Nous ne nous cachons pas mais nous sommes invisibles.

 

Le Weatherman underground comprend plusieurs centaines de membres et quelques-uns d'entre nous risquons plus d'années de prison que  les cinquante mille déserteurs et insoumis maintenant au Canada. Déjà, plusieurs d'entre eux reviennent pour nous rejoindre dans la clandestinité

ou pour retourner dans l'armée des flics (4)et pour la mettre en pièces de l'intérieur avec ceux qui ne l'ont pas quitté.

 

Nous combattons de nombreuses manières. La drogue est une de nos armes. Les lois contre la marijuana ont fait que des millions d'entre nous sont déjà hors-la-loi bien avant même que de rompre. Les fusils et l'herbe sont unis dans la clandestinité de la jeunesse.

 

Les freaks sont révolutionnaires et les révolutionnaires sont freaks. Si vous voulez nous trouver, c'est là où nous sommes: dans chaque tribu,  communauté, dortoir, fermes, baraquements et appartements où les jeunes font l'amour, fument de la drogue et chargent les fusils—les évadés de la justice américaine sont libres.

 

Pour Diana Oughton, Ted Gold et Terry Robbins, et pour tous les révolutionnaires qui sont encore en activité ici, la question ne se pose plus depuis

longtemps.— nous ne reviendrons jamais .

 

Dans les deux prochaines semaines, nous allons attaquer un symbole de l'institution de l'injustice américaine. C'est notre façon de célébrer  l'exemple de Eldridge Cleaver et H. Rap Brown et de tous les révolutionnaires noirs qui nous ont inspiré par leur combat derrière les lignes  ennemies pour la libération de leur peuple.

 

Plus jamais, ils ne combattront seuls.

 

21 Mai 1970

 

 

 

(1) Le 6 Mars 1970

(2) Les 8, 9 et 10 Octobre 1969 les "Days of Rage"

(3) Dhorn emploie le terme "pigs"

(4) the Man's army

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Classe Ciné Passion - Lycée Jean Renoir, Bondy (93)
  • Classe Ciné Passion - Lycée Jean Renoir, Bondy (93)
  • : Depuis la rentrée 2009-2010, un projet centré sur le cinéma a été mis en place. Ce dispositif est intitulé "Passion Cinéma". Cette rubrique rend compte des activités (ateliers, interventions de professionnels, projections de films ...) des élèves.
  • Contact

La Cinémathèque française

La Cinémathèque française est un des partenraires de la classe Passion Cinéma.

Archives départementales du 93

 Le Service éducatif des AD 93 est  un des partentaires de la classe Passion Cinéma.

Archives

 

Jean Renoir
1894-1979