Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 octobre 2010 3 13 /10 /octobre /2010 13:54

Entre_nos_mains_affiche.jpgLa sensation que procure Entre nos mains de Mariana Otero est l’apanage des meilleurs documentaires : celle d’être au bon endroit et au bon moment, d’être exactement « là où ça se passe ». 
La réalisatrice de La loi du collège ou Histoire d’un secret a planté sa caméra dans les locaux d’une entreprise textile en faillite, que ses salariés envisagent de racheter via une société coopérative de production (SCOP).
De la présentation du  principe des SCOP par une consultante extérieure, jusqu’à la décision finale des banques, en passant par les hésitations des salariés ou le retour intempestif du patron, le film tient le fil ténu qui mènera à la survie —ou non— de l’entreprise et à la sauvegarde —ou non— des emplois, en s’attachant à quelques-uns des ouvrières appelées à se prononcer sur le projet.

En montrant cette parenthèse de quelques mois, Entre nos mains parvient non seulement à nous raconter une « histoire » dont bien des fictions jalouseraient l’intensité, à faire vivre des personnages que bien des scénaristes auraient rêvé d’inventer. Elle met également le doigt sur quelques-unes des questions sociales et politiques les plus sensibles du moment : le rapport au travail, l’articulation entre l’individuel et le collectif, la prééminence de l’économique sur le politique…
Entre soutiens-gorges et petites culottes, les ouvrières de Starissima se posent tout d’un coup des questions fondamentales : alors que tout (leur intériorisation de la hiérarchie sociale et sexuelle, l'idéologie dominante) les pousseraient à la résignation et à la soumission aux réputées implacables "lois du marché", le projet de SCOP leur montre tout à coup qu’une utopie est concrètement possible, au sein même de leur entreprise.
Si Entre nos mains se place sous les auspices du "cinéma direct" à la Frederick Wiseman ou Raymond Depardon (le film fait preuve d’une remarquable économie de moyens), c’est à Jean Renoir que l’on pense, celui de La Règle du jeu ("Ce qui est terrible en ce monde, c’est que chacun a ses raisons") ou du Crime de M. Lange, autre histoire de coopérative. Et c'est à Jacques Demy que le film emprunte un étonnant finale "en-chanté", dont la beauté maladroite n'a d'égale que la mélancolie.

Zérodeconduite.net a mis en ligne un site pédagogique autour du film, qui propose notamment un dossier pédagogique de 24 pages.

[Entre nos mains de Mariana Otero. 2010. Durée : 1 h 28.  Distribution : Diaphana. Sortie le 6 octobre 2010]

Pour aller plus loin :
Entre nos mains, Le site pédagogique
— Le site de la fédération des SCOP

Posté dans Dans les salles par zama le 06.10.10 à 17:27

Partager cet article

Repost 0
cinépassionrenoir - dans A l'affiche
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Classe Ciné Passion - Lycée Jean Renoir, Bondy (93)
  • Classe Ciné Passion - Lycée Jean Renoir, Bondy (93)
  • : Depuis la rentrée 2009-2010, un projet centré sur le cinéma a été mis en place. Ce dispositif est intitulé "Passion Cinéma". Cette rubrique rend compte des activités (ateliers, interventions de professionnels, projections de films ...) des élèves.
  • Contact

La Cinémathèque française

La Cinémathèque française est un des partenraires de la classe Passion Cinéma.

Archives départementales du 93

 Le Service éducatif des AD 93 est  un des partentaires de la classe Passion Cinéma.

Archives

 

Jean Renoir
1894-1979