Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 novembre 2010 6 27 /11 /novembre /2010 18:26

France5-logo.pngJeudi 2 décrembre 2010, 21 h 45

 Un film & son époque
Il était une fois... : « Le Mépris »

Collection documentaire

Chef de file de la « nouvelle vague », Jean-Luc Godard a 33 ans lorsqu’il tourne « Le Mépris », sa première superproduction en CinémaScope.

© Rue des Archives

Adapté d'un roman d'Alberto Moravia, Le Mépris de Jean-Luc Godard sort en salles à Paris le 27 décembre 1963. Images d'archives et entretiens avec ceux qui ont contribué à la création de ce chef-d'œuvre apportent un éclairage précis sur l'atmosphère du tournage.

« La seule chose dont je me souviens, c'est que je me disais : je ne sais pas ce que c'est que le mépris, et après le film je n'en savais pas plus, et aujourd'hui je ne sais toujours pas », avoue Jean-Luc Godard. Visionnaire de la « nouvelle vague », célébré pour son fameux A bout de souffle, le cinéaste a 33 ans lorsqu'il tourne Le Mépris, sa première superproduction en CinémaScope. L'intrigue ? Paul Javal, un scénariste (Michel Piccoli), et sa sublime femme, Camille (Brigitte Bardot), rejoignent Fritz Lang (dans son propre rôle) en Italie pour une adaptation de L'Odyssée. Artisan du cinéma de la grande époque hollywoodienne, le réalisateur de Metropolis se laisse idéaliser dans cette histoire « comme le créateur absolu ». Mécontent du travail de Fritz Lang, le producteur hollywoodien Jeremy Prokosch (Jack Palance) suggère à Paul de modifier le scénario. Convaincue que son mari la pousse dans les bras de Prokosch, Camille se met à le détester... Pour asseoir cet opéra romantique qui mène du malentendu à la rupture, Jean-Luc Godard choisit l'architecture futuriste de la villa Malaparte, à Capri, et les couleurs de la Méditerranée. Signée Georges Delerue, la musique répétitive donne une dimension obsédante et désespérée au long-métrage.

 

Incontournable Bardot

 

480_8371_vignette_Le-Mepris-2.jpg

La relation complexe du couple Bardot-Piccoli inspirée par celle de Godard avec Anna Karina ?

© Rue des Archives

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Fasciné par le réalisme du film de 1956 de Roger Vadim, Et Dieu créa… la femme, Jean-Luc Godard fait appel à Brigitte Bardot, qui n'a alors que 29 ans. Mais la renommée de l'actrice est déjà bel et bien internationale. En tête d'affiche, elle permet au film d'être financé confortablement et d'apporter une caution à la production. Traquée par les paparazzis italiens, Brigitte Bardot fait l'objet sur le tournage d'une pression médiatique sans précédent. En parallèle, la star du cinéma français découvre les méthodes de travail particulières de Jean-Luc Godard, parmi lesquelles l'improvisation. « Brigitte était muette, mais extrêmement attentive, extrêmement précise, extrêmement disciplinée, et extrêmement sans doute fascinée par Godard, mais Godard ne l'encombrait pas d'explications psychologiques, philosophiques ou personnelles », se rappelle Michel Piccoli. « Elle faisait assez docilement ce que Godard lui demandait », explique Charles Bitsch, assistant réalisateur sur le film. Jean-Luc Godard s'inspire alors de sa relation avec l'actrice danoise Anna Karina. « On est arrivé, moi, à me "godardiser", et elle [Brigitte Bardot] sans doute à se "karinéaïser" », confie Michel Piccoli.

Un reflet de soi

La lenteur du tournage oblige à trouver une solution pour combler le retard. Jean-Luc Godard décide de faire des scènes très longues en intérieur. Il remplit ce qu'il appelle « les passages à vide pour que personne n'y voie rien ». Il n'hésite pas à faire une mémorable scène de ménage de trente-quatre minutes ! « Voyant les rushes, les producteurs disaient : "Mais il ne se passe rien avec cette Brigitte Bardot, le sex-symbol de la planète ! Ils ne peuvent pas s'embrasser, coucher ensemble ?" » s'amuse Michel Piccoli. Jean-Luc Godard ajoute des scènes pudiques en cohérence avec son projet : « ll fallait faire du métrage de nu. » Quand il repense au Mépris et à son esthétisme soigné, il ne cache pas son envie d'avoir voulu « montrer des garçons et des filles qui, lorsqu'ils verraient le film, se verraient eux-mêmes et au monde ».

Ariane Dadier

 

Les intervenants

Jean-Luc Godard, cinéaste ; Michel Piccoli, acteur ; Jacques Rozier, cinéaste ; Alain Bergala, auteur de Godard au travail ; Charles Bitsch, assistant réalisateur sur Le Mépris ; Fritz Lang, cinéaste (archives) ; Brigitte Bardot, actrice (archives).

Collection documentaire
Durée 52'
Auteurs Antoine de Gaudemar, Serge July et Marie Genin
Réalisation Antoine de Gaudemar 
Production France 5 / Folamour / Ina / TCM
Année 2009

 

Partager cet article

Repost 0
cinépassionrenoir - dans Réalisateurs
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Classe Ciné Passion - Lycée Jean Renoir, Bondy (93)
  • Classe Ciné Passion - Lycée Jean Renoir, Bondy (93)
  • : Depuis la rentrée 2009-2010, un projet centré sur le cinéma a été mis en place. Ce dispositif est intitulé "Passion Cinéma". Cette rubrique rend compte des activités (ateliers, interventions de professionnels, projections de films ...) des élèves.
  • Contact

La Cinémathèque française

La Cinémathèque française est un des partenraires de la classe Passion Cinéma.

Archives départementales du 93

 Le Service éducatif des AD 93 est  un des partentaires de la classe Passion Cinéma.

Archives

 

Jean Renoir
1894-1979