Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
20 janvier 2012 5 20 /01 /janvier /2012 22:22

lenfancenue.jpgL'Enfance Nue de Pialat est un film surprenant qui, à mon avis, provoque un certain malaise en raison du traitement particulier du sujet, l’enfance difficile.
Pialat a chois de traiter le sujet de l’enfance difficile d’une toute autre manière que d’autres réalisateurs qui ont abordé ce thème, notamment  Truffaut dans Les 400 coups de Truffaut ou Melville dans Les enfants terribles. Pialat filme des enfants de l’assistance dans leur vie quotidienne en adoptant un point de vue réaliste : la fiction et l’illusion cinématographiques sont absentes.
François, l’enfant de l’assistance confié à une famille d’accueil, est odieux et insupportable. On le perçoit de l’extérieur car il ne donne jamais de justification à ses gestes ou ses attitudes. Il est muré dans le silence.  Dans la scène du train, nous comprenons par le commentaire de la dame de l'assistance qu'il n'a plus personne, qu'il est tout seul. François échappe à la conversation en regardant le paysage défilé, son font appuyé sur la vitre. Que regarde-t-il ? Que pense-t-il vraiment, On ne le sait pas. Cette scène souligne sa solitude mais aussi l’impossibilité pour les adultes de le comprendre, d’avoir prise sur lui, bref leur impuissance.
L’idée de Pialat de vouloir rendre le réel à travers des personnages qui interprètent ce qu’ils sont dans la vraie vie, presque de façon documentaire, me paraissait excellente. Mais, finalement, après avoir visionné le film, j'ai été plutôt déçue de voir le résultat. Le jeu des acteurs m'a déçu. L’idée de prendre des non professionnels comme acteurs n’est pas mauvaise en soi, mais le choix de les laisser improviser ne m’a pas convaincue. Certains acteurs font beaucoup d'erreurs dans leurs répliques et rendent ainsi certaines scènes un peu factices, comme par exemple la scène où Pépère explique à François ses faits de résistance. Je trouve que cela créé une forme de malaise. Cela parait tellement réel qu'on a l'impression que quelque chose na va pas. On ne sait plus si on regarde un film de fiction ou un documentaire. Le mélange des deux ne m’a pas paru réussi.

 

Mélody, élève de terminale de l'atelier cinéma.

Repost 0
29 octobre 2011 6 29 /10 /octobre /2011 16:33

Dans le cadre du sujet d'étude de cette année : la part du réel dans la fiction, un premier travail à été demandé aux élèves.

La consigne était de prendre quatre photos de leur environnement quotidien en ajoutant une photo de fiction. L'ensemble constituant déjà une petite narration.


Les photos sont de Angélique De oliveira.

 

 

 

 

 

 

Rue 1Lyc+®e 2

 
 Bagarre 3Devoirs-4.jpg  
  Cuisine-5.jpg  
Repost 0
29 octobre 2011 6 29 /10 /octobre /2011 16:20

Les élèves volontaires de terminale  participent cette année à un atelier cinéma.

Cet atelier s'intègre au projet expérimental d’éducation au cinéma, animé par le service pédagogique de la Cinémathèque française qui s'intitule Le Cinéma, cent ans de jeunesse.

 

Pour en savoir plus sur le Cinéma, cent ans de jeunesse, cliquer ici

 

Le sujet d'étude cette année est : la part du réel dans la fiction.

 

les règles du jeu sont ici

 


Repost 0

Présentation

  • : Classe Ciné Passion - Lycée Jean Renoir, Bondy (93)
  • Classe Ciné Passion - Lycée Jean Renoir, Bondy (93)
  • : Depuis la rentrée 2009-2010, un projet centré sur le cinéma a été mis en place. Ce dispositif est intitulé "Passion Cinéma". Cette rubrique rend compte des activités (ateliers, interventions de professionnels, projections de films ...) des élèves.
  • Contact

La Cinémathèque française

La Cinémathèque française est un des partenraires de la classe Passion Cinéma.

Archives départementales du 93

 Le Service éducatif des AD 93 est  un des partentaires de la classe Passion Cinéma.

Archives

 

Jean Renoir
1894-1979